Maitriser sa consommation en « électricité invisible », Comment faire un bon geste presque sans effort ?

Nos modes de vie actuels ainsi que nos modes de transport (voitures électriques,trains…) font appel à l’usage de électricité. En effet, cette source d’énergie est au cœur du quotidien de l’homme moderne, que ce soit dans nos maisons pour le confort de nos vies personnelles (éclairage des pièces, chauffage, appareils électroménagers,consoles de jeu…), dans nos modes de communication (téléphonie, smartphones) ou encore dans nos vies professionnelles (ordinateurs, serveurs informatiques, éclairage des vitrines, des panneaux de publicités…).
Devenu incontournable, l’usage de l’électricité ne doit cependant pas être perçu comme anodin pour notre planète. On estime par exemple que la production électrique française a émis quelques 27,9 millions de tonnes de CO2 en 2017.
Outre les coûts énergétiques et environnementaux, il ne faut pas non plus oublier que l’électricité constitue aussi et avant tout un poste de dépense pour les ménages français. Avec une facture mensuelle moyenne s’élevant à 170 euros par mois sur notre territoire, qui refuserait, en plus de faire un geste écoresponsable, de faire plaisir à son porte-monnaie ?

Alors, comment pouvons-nous donc nous y prendre ?
Une solution simple et toute indiquée pourrait nous aider : maitriser sa consommation en électricité invisible.

L’électricité invisible : qu’est-ce que c’est ?

L’électricité invisible correspond à toute l’électricité que nous utilisons et consommons sans nous en rendre compte. Cela va de la consommation d’une veilleuse à celle du vieil ordinateur dans le bureau du sous-sol, celui dont personne ne s’est servi depuis 7 ans mais que personne n’a pris la peine de débrancher depuis.
Eh oui, nos appareils branchés, même éteints,continuent de consommer de l’électricité à notre insu. Bienvenue dans le monde fabuleux (ou plutôt désastreux…) de l’électricité invisible, celle qui n’échappe qu’à nos yeux mais qui se répercute bien, hélas, sur nos factures et notre planète.
Parlons chiffres et faits. On estime aujourd’hui que la consommation passive correspond à près de 10% de la facture en électricité des ménages français, pourcentage qui représenterait près de2 milliards d’euros !
Même constat pour nos habitudes numériques et notre vie professionnelle puisque 10% de l’électricité consommée en France correspond à nos recherches internet, au traitement de nos emails, à notre utilisation des services de streaming et à nos données stockées dans le cloud. Face à un tel constat, une idée simple devrait alors prévaloir : « la meilleure électricité est celle que nous ne consommons pas ». Cela commence par une sensibilisation au problème de l’électricité invisible.

Alors concrètement,que faire au quotidien ?

Chacun peut réduire sa consommation en électricité invisible et ainsi contribuer à la transition énergétique tout en soulageant son porte-monnaie.Pour cela, il suffit d’adopter une série de gestes simples.
À la maison, cela passe par un léger changement de nos habitudes et de notre routine : bien penser à régulièrement dégivrer son congélateur, programmer le wifi de sa live box afin qu’il s’éteigne en heures creuses (la nuit ou lorsque vous êtes au travail, de plus en plus de box le permettent), privilégier le programme court du lave-vaisselle, débrancher les appareils domestiques (machine à café, grille-pain,console de jeu, chargeurs d’ordinateurs et de téléphones…) lorsque l’on ne s’en sert pas ou encore abaisser le chauffage à 19 degrés dans les pièces à vivre et à 17 degrés dans les chambres. Enfin astuce ultime afin de réduire sa note sans effort : privilégier les branchements via des multiprises avec interrupteur.

Au travail, il s’agit de chasser les idées préconçues : le numérique et l’électricité ne sont pas que virtuels ou immatériels mais ont bien de véritables conséquences sur le monde réel.
Trier ses mails, se désabonner des newsletters et autres relances publicitaires que l’on ne lit jamais,troquer Google pour Ecosia ou Lilo,privilégier les liens WeTransfer plutôt que les pièces jointes des mails ou encore éteindre son ordinateur lors des pauses plutôt que de le laisser en mode veille seront autant de manières de soulager le cloud et votre consommation passive d’électricité.
Et voilà, au travers de cette simple série de recommandations, vous êtes désormais capable de faire du bien à la planète et à vos économies en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire !
Ces bons principes, couplés à de la sobriété énergétique (éliminer les appareils doublons, choisir un lieu de vie à taille humaine avec des surfaces raisonnable à chauffer etc.) et à la sélection d’un fournisseur d’électricité favorisant l’électricité verte (enercoop,planète oui, Urban Solar…) devraient déjà vous permettre d’y voir plus clair sans vous ruiner !

THÉO COUTANT

 

 

Sources

1 Youmatter (en ligne), par Clément Fournier, 2018
https://youmatter.world/fr/co2-kwh-electricite-france-mix-electrique/
, consulté le 29 octobre 2020
2 Estimation Total Direct Énergie, pour une famille de 4 personnes vivant en maison individuelle,total.direct-energie.com
3 Futura Tech (en ligne), par Delphine Bossy, 2018
https://www.futura-sciences.com/tech/questions-reponses/smartphone-consomment-appareils-electriques-eteints-veille-5928/
, consulté le 29 octobre 2020
4 Julien Vidal, Ça commence par moi, éditions Seuil, 2018
5 Brut, « Comment réduire l’impact de sa consommation d’électricité », YouTube, 2019
6 Target First (en ligne), < https://www.targetfirst.com/blog/2019/07/24/la-pollution-numerique-pollution-invisible/ >, consulté le 29 octobre 2020
7 www.negawatt.org, La sobriété énergétique, 2018<
https://negawatt.org/IMG/pdf/sobriete-scenario-negawatt_brochure-12pages_web.pdf >, consulté le 29 octobre 2020